Laboratoires et bureaux CROSSJECT

La start-up dijonnaise, à l’origine d’un système d’auto-injection d’urgence, s’installent sur la zone technologie de Mazen-Sully à Dijon.

 

Un bâtiment intégré au site, participant à la composition paysagère

Les nouveaux locaux de Crossject situés à proximité du campus universitaire et du CHU seront livrés à la fin de l’année et pourront abriter une cinquantaine de salariés.  Crossject en emploie actuellement vingt. Ils intégreront, sur 1 800 m², des laboratoires de recherche et développement.

 

Un portage financier de la Société d’économie mixte d’aménagement de l’agglomération dijonnaise (SEMAAD) et de la Caisse d’Épargne permet à la start-up qu’est encore Crossject de s’installer dans de nouveaux locaux tout en investissant au maximum dans la recherche. « On travaille sur sept médicaments – dont certains sont déjà licenciés – avec ce produit d’auto injection », annonce Patrick Alexandre, président du directoire et fondateur de Crossject. Un plus certain pour la ville de Dijon qui va pouvoir s’enorgueillir d’un véritable pôle dédié à la santé. « Je suis sûr de votre réussite future », a déclaré le maire de la cité des ducs, François Rebsamen, à Patrick Alexandre.

 

Une très bonne visibilité commerciale dans un parc dédié aux bio-technologies

 

La SEMAAD qui avait pour mission d’aménager les terrains de la zone Mazen-Sully a permis à Crossject avec le soutien de BDR Immo de s’installer. C’est en tout état de cause une entreprise en plein développement. Fondée en 2001 par Patrick Alexandre, elle est à l’origine d’un système d’auto-injection d’urgence, sans aiguille. Avec ses projets en développement, une supply chain (chaîne logistique) en propre et un modèle d’entreprise reposant sur des médicaments propriétaires et des accords de distribution – Crossject vient de signer pour l’Inde et la Chine –, l’entreprise espère bien mettre sur le marché ses premiers médicaments en 2017. Et Patrick Alexandre affirme son ambition de continuer à développer, dès 2017, deux à trois nouveaux produits par an.

 

Ce projet d’un montant de 3,8 Millions d’Euros permet un démarrage accéléré des travaux de construction. La solution de financement prévoit un échelonnement de 85% du coût total de l’opération de 12 mois à 36 mois après la livraison. La première tranche de remboursement interviendra au plus tôt à partir de fin 2017, tout en préservant ainsi les disponibilités à court terme de Crossject.

 

Une image architecturale soignée, simple et lisible :

Maîtrise d'oeuvre : FERRAND SIGAL Architectes & Associés

Surface de plancher: 1 550 m²

Surface utile: 1 286 m²